Avocats pluriel avocat divorce rennes Benjamin

A propos

Benjamin MAYZAUD

Spécialiste en Droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine

> Spécialiste en droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine
> Professionnel Qualifié habilité à recevoir un mandat  judiciaire
> Praticien en droit collaboratif – Médiateur diplômé
> Chargé d’enseignement supérieur


Spécialisation Droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine

———————————

> Domaine de compétences

Spécialiste en droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine
Activités dominantes en droit pénal et droit du travail
Formé aux modes de règlements alternatifs des conflits notamment à la médiation et au droit collaboratif (en savoir plus ici)

> Informations

Maître Benjamin Mayzaud a prêté serment en janvier 2003.
Il est Spécialiste en droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine.
Il est titulaire d’un diplôme d’études approfondies en Droit Pénal et Sciences Criminelles et d’un Diplôme Universitaire en Droit du Travail.

Il est membre de l’ANASPDFPP : Association Nationale des Avocats Spécialistes et Praticiens en Droit de la Famille des Personnes et de leur Patrimoine (www.avocatsdelafamille.org), de l’AFPC : Association Française des Praticiens du Droit Collaboratif (www.droit-collaboratif.org) et enfin de l’IACP : International Academy of Collaborative Professionals (www.collaborativepractice.com)

Professionnel Qualifié habilité à recevoir un mandat  judiciaire et trésorier de l’ANAMJ   https://www.anamj.fr/

Maître Benjamin MAYZAUD est également chargé d’enseignement à la Faculté de Droit. Il y enseigne la procédure civile approfondie après y avoir enseigné le droit pénal, le droit de la famille et le droit des obligations (droit des contrats et droit de la responsabilité civile).

Il enseigne également le droit du travail au sein de l’Institut Catholique de Rennes (I.C.R.) à Rennes.
Il est également conférencier aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan.

Avocat Benjamin Mayzaud/ avocat divorce rennes/ droit de la famille/garde des enfants.

Maître MAYZAUD est également auditeur d’enfants

L’auditeur est mandaté par les responsables de l’enfant soucieux de lui offrir la possibilité de s’exprimer plus librement et plus sereinement qu’il ne peut le faire quand il s’adresse directement à eux. Il le reçoit dans ses bureaux ou son cabinet, dans un lieu adapté et pendant le temps nécessaire. 

L’auditeur informe l’enfant de ses droits généraux et plus particulièrement de celui d’être entendu par le juge, sans pour autant le conseiller car l’auditeur est neutre, posture essentielle au dispositif. 

L’auditeur restitue ensuite en séance aux responsables ce que le mineur aura accepté qu’il leur soit transmis, si possible en la présence de l’enfant. La restitution est de préférence orale pour ne pas cristalliser une parole qui est par la nature même de l’enfant changeante. Les besoins de l’enfant évoluent en fonction de sa situation et de son âge. 

En cas d’écrit, un compte rendu succinct est établi aux seules fins d’établir les critères principaux permettant de dresser les contours de l’intérêt de l’enfant.

S’adresser à l’enfant, recueillir sa parole, la restituer en vue d’une prise de décision qui serve l’intérêt de l’enfant, est délicat. Cela requiert une posture alliant écoute attentive, neutralité, précision, et des compétences en psychologie et en conduite d’entretiens avec les enfants et adolescents. 

L’enfant ne doit pas être placé en qualité de décisionnaire. Le professionnel doit être à même de trouver ce juste équilibre entre transmettre la parole de l’enfant sans la déformer, et ne pas la défendre pour laisser aux adultes le poids de leur responsabilité.


Les compétences regroupent :

  • Le domaine juridique : les fondements textuels de l’audition amiable, les droits de l’enfant, l’intérêt de l’enfant, le discernement de l’enfant ; 
  • La psychologie de l’enfant et de l’adolescent ;
  • La sociologie de la famille ; 
  • La définition du dispositif : ses règles, ses contours, les actes à établir ; 
  • La pratique du praticien de l’audition amiable : conduites d’entretiens, la communication spécifique selon les âges, des entraînements par des mises en situation.




Droit de la famille
Le droit de la famille est une branche du droit civil qui régit et organise les relations juridiques entre les différents membres d’une même famille. Le droit de la famille définit essentiellement deux types de liens familiaux : les liens d’alliance (couples) et les liens de parenté (ascendants et descendants).

Concernant les liens d’alliance, le droit de la famille fixe notamment les règles relatives au mariage, au PACS, au concubinage et au divorce. Il regroupe par exemple les lois et les règlements qui encadrent les conditions et les effets du mariage.

Concernant les liens de parenté, le droit de la famille définit notamment l’ensemble des relations juridiques existants entre les parents et leurs enfants. Il fixe les règles de filiation, d’adoption, énumère les conséquences de l’autorité parentale, définit le droit des grands parents, etc.

Le juge en charge de faire respecter le droit de la famille est le juge aux affaires familiales. Les JAF siègent au sein des tribunaux de grande instance. Les règles du droit de la famille sont contenues dans le Code civil. Pour en savoir plus, il importe de faire appel au service d’un avocat spécialiste en divorce et en droit de la famille.

Divorce
Chaque année, environ 60 000 couples divorcent sur le territoire français. La réforme du divorce de 2005 a considérablement simplifié les procédures pour divorcer, mais le divorce reste néanmoins une étape souvent difficile à vivre pour les personnes concernées.

Le coût du divorce et les étapes du divorce (convention, conciliation, assignation) varient en fonction du type de divorce choisi : divorce pour faute, divorce par consentement mutuel, etc. Les effets du divorce (pension alimentaire, autorité parentale, garde des enfants…) concentrent l’essentiel des conflits. Avoir recours aux services d’un avocat en droit de divorce est toutefois recommandé pour bénéficier de conseils et d’assistance dans les procédures à suivre.

Succession
La succession est une étape importante, même si l’évoquer n’est pas toujours facile. Il existe plusieurs moyens d’assurer la transmission de son héritage : le testament, le legs, la donation, l’assurance-vie, etc. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Les droits de succession ne sont pas les mêmes suivant les solutions choisies.

La succession donne naissance la plupart du temps à une situation d’indivision temporaire. Le partage des biens et le règlement de l’indivision peuvent être à l’origine de litiges entre héritiers. D’où l’importance de prévoir sa succession de son vivant. Pour plus de précisions, contactez un avocat spécialisé en droit des successions.

Violence conjugale
Personne n’est à l’abri des violences conjugales, surtout lorsqu’on est une femme. Les femmes sont en effet les premières victimes des maltraitances conjugales. La violence conjugale peut prendre des formes différentes : violence sexuelle, physique, morale, psychologique, voire économique. Les enfants ne sont pas non plus épargnés par les violences conjugales. Chaque année, des enfants meurent des suites de violences conjugales.

Si vous êtes victime de violences conjugales, vous devez agir. Il existe plusieurs actions possibles pour mettre fin aux violences que vous subissez. Des numéros de téléphone d’urgence destinés aux victimes de violences au sein des couples ont été mis en place par les associations ou les pouvoirs publics, dont le 3919. Pour obtenir davantage d’informations sur le sujet, retrouvez dès maintenant l’ensemble de nos avocats pénalistes qui pourront vous assister dès le moment où vous quittez le domicile conjugal jusqu’à la fin de la procédure de divorce.

Le droit des grands-parents
On oublie parfois que les grands parents ont des droits vis-à-vis de leurs petits enfants, en tant qu’ascendants. Souvent méconnus, ces droits existent pourtant bel et bien et sont inscrits dans le Code civil.
Les grands parents ont par exemple le droit de conserver des relations avec leurs petits-enfants même contre la volonté des parents : c’est le droit de visite et d’hébergement. Ils peuvent également intervenir si leur petit enfant mineur se trouve en situation de danger. Si vous êtes dans le besoin, vous pouvez également recevoir une pension alimentaire de la part de vos petits-enfants. Adressez-vous à un avocat en droit de la famille pour vous conseiller et défendre vos intérêts.